Tous les articles par David Amorim

École Accélérateurs 2023 de l’IN2P3

L’Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules (IN2P3) organise du 19 au 24 mars 2023 une École Accélérateurs à destination des technicien·nes et ingénieur·es du domaine des accélérateurs. L’École se déroulera au centre CAES « La Villa Clythia » à Fréjus (Var) et proposera des cours de base et des séminaires généraux sur les machines et leurs applications.

Le techniciens et AI affiliés au CNRS sont prioritaires pour l’inscription mais des places seront disponibles pour des participants extérieurs à l’IN2P3.

Plus d’informations sont disponibles sur le site Indico de l’École ci-dessous.

Le programme de l’École, avec les informations de contact, est également disponible ci-dessous.

In Memoriam Sébastien Bousson

Le bureau de la Division a la grande tristesse d’annoncer le décès de notre bien-aimé collègue Sébastien Bousson. Outre sa vaste contribution scientifique au monde des accélérateurs, il a toujours été un acteur important de notre division, participant tout dernièrement à nos Rencontres au CERN lors desquelles il échangeait avec nous tous au nom de l’IJCLab.

Nous adressons nos condoléances à sa famille et tous ses proches, et nous invitons à témoigner sur le site de lIJCLab
https://www.ijclab.in2p3.fr/in-memoriam-sebastien-bousson/

Le GANIL propose un CDD en développement d’instrumentation faisceau

Le GANIL propose un poste d’ingénieur de recherche sur le development et l’exploitations de systèmes d’instrumentation faisceau et de spectromètres. Ces systèmes sont essentiels pour le déroulement des expériences de physique menées avec les faisceau d’ions.

Une connaissance de la physique des faisceaux d’ions, de l’optique des lignes de transfert et des techniques de détection et d’identification des faisceaux sont attendues.

Plus d’informations sur le poste sont disponibles dans l’annonce jointe.

GANIL has an opening for a research engineer on the development and operation of beam instrumentation systems and spectrometers. These systems are essential for the conduct of physics experiments with ion beams.

Knowledge of ion beam physics, beamline optics, and beam detection and identification techniques are expected.

More information about the position is available in the attached announcement

Post-doctorat en physique des accélérateurs au CERN

English version below

L’optimisation du transfert des faisceaux de protons entre le Proton Synchrotron (PS) et le Super Proton Synchrotron (SPS) du CERN est un enjeu important dans ces deux accélérateurs. En particulier la minimisation des pertes d’intensité est cruciale pour augmenter les performances des faisceaux utilisés au SPS et au Large Hadron Collider (LHC).

De telles pertes sont en partie causées par la désadaptation longitudinale entre le PS et le SPS. Une réduction supplémentaire de l’émittance longitudinale contribuerait à réduire ces pertes.

Pour ce faire, des modèles analytiques et des simulations seront utilisés pour étudier la dynamique du faisceau. Des mesures sur les accélérateurs permettront ensuite de fournir des paramètres permettant stabiliser et réduire les pertes du faisceau. Enfin des méthodes d’optimization des paramètres pourront être introduites et exploitées dans les accélérateurs.

La date limite pour les candidatures est fixée au 23 janvier 2023, plus de détails sont disponibles dans l’offre ci-dessous (en anglais).

Optimizing the proton beams transfer between the Proton Synchrotron (PS) and the Super Proton Synchrotron (SPS) at CERN is an important issue for both accelerators. In particular the minimization of intensity losses is crucial to increase the performance of the beams used at the SPS and the Large Hadron Collider (LHC).

Such losses are caused in part by longitudinal mismatch between the PS and SPS. Further reduction in longitudinal emittance would help reduce these losses.

To accomplish this, analytical models and simulations will be used to study the beam dynamics. Measurements on accelerators will then provide parameters to stabilize and reduce beam losses. Finally, methods to optimize the parameters can be introduced and exploited in the accelerators.

The deadline for applications is January 23, 2023, more details are available in the offer below.

Les Rencontres Accélérateurs 2022

Les mardi 13 et mercredi 14 septembre se sont tenues les Rencontres Accélérateurs 2022 au CERN (Genève, Suisse).

Les orateurs invités représentant le CEA, le CNRS et le Ministère de la Recherche ont présenté les grandes orientations des trois organismes en matière de recherche et de développement dans les accélérateurs de particules.

Ces présentations ont été suivies d’un temps d’échanges avec les participants, dont les thèmes ont pu être guidés grâce au sondage réalisé en amont. Merci pour votre participation à celui-ci.

Photo des particpants aux Rencontres Accélérateurs 2022
Les participants des Rencontres Accélérateurs 2022
Photo ©2022 CERN

Les orateurs et oratrices du CERN ont ensuite présenté les orientations futures et développements technologiques en cours , ainsi que la stratégie de réduction de l’impact environnemental de l’organisation.

L’après midi s’est enfin conclue par la remise du prix Jean-Louis Laclare à David Longuevergne (IJCLab) et du premier accessit à Mathieu Valléau (Synchrotron SOLEIL). À cette occasion David Longuevergne a exposé ses travaux aux participants.

Le mercredi matin fut consacré aux visites de plusieurs installations du CERN : décélérateur d’antiprotons (AD/ELENA), systèmes d’amplifications à transistors du SPS et centre de contrôle du CERN, hall de test des aimants supraconducteurs, ainsi qu’une visite exceptionnelle de la caverne de l’expérience ALICE auprès du LHC.

Plus de photos sont disponibles sur la page dédiée du site web et le programme des Rencontres reste accessible sur le site Indico de l’événement.

Nous remercions le CERN pour avoir soutenu et accueilli l’événement, l’ensemble des orateurs et oratrices, les guides des visites et les participants pour le succès de ces Rencontres. Nous seront heureux de vous retrouver pour les Journées Accélérateurs de Roscoff à l’automne 2023.

Le projet EuPRAXIA propose douze projets doctoraux

Le projet EuPRAXIA vise à developer les technologies d’accélération laser-plasma en Europe. D’importants travaux de recherche et développement doivent être menés sur les lasers, sur la conception et l’optimisation des infrastructures de recherches ainsi que les applications de cette technologie.

Pour mener à bien ces développements, 12 projets doctoraux sont proposés au sein des différents partenaires académiques et industriels du réseau: INFN (Italie), Université de Liverpool (Royaume-Uni), CIVIDEC…

La date limite des candidatures est le 31 janvier 2023. Les informations détaillées sont disponibles sur le site dédié du réseau EuPRAXIA (lien ci-dessous).

Le master Lascala recherche des propositions de stages de fin de master

Le master Erasmus Mundus Lascala (Large Scale Accelerators and Lasers) recherche des propositions de stages de longue durée (5 à 6 mois) à proposer à ses étudiants de deuxième année de master.

La vingtaine d’étudiants concernés ont effectués des travaux pratiques et cours à Frascati (Italie), Lund (Suède) et réaliseront un dernier semestre à Paris-Saclay.

Pour tout dépôt de proposition ou pour des informations supplémentaires, vous pouvez vous adresser à Sophie Kazamias (sophie.kazamias@university-paris-saclay.fr).

Lascala master program / Programme du master Lascala

The Erasmus Mundus Lascala (Large Scale Accelerators and Lasers) master program is looking for proposals for long-term internships (5 to 6 months) to be offered to its second year master students.

The twenty students concerned have carried out practical work and courses in Frascati (Italy), Lund (Sweden) and will carry out a final semester in Paris-Saclay.

To submit a proposal or for further information, please contact Sophie Kazamias (sophie.kazamias@university-paris-saclay.fr).

Le Prix Laclare 2022 est décerné à David Longuevergne

David Longuevergne, lauréat du prix Jean-Louis Laclare 2022

Le 14ème prix de spécialité accélérateurs Jean-Louis Laclare est décerné à David Longuevergne.

David Longuevergne travaille au sein du Laboratoire de Physique des Deux Infinis Irène Joliot-Curie (IJCLab) à Orsay, dans le domaine de la Supraconductivité en régime RadioFréquence (SRF).

Après avoir soutenu sa thèse à l’Institut de Physique Nucléaire d’Orsay (IPNO) en 2009 sur le sujet « Study and test of a superconducting accelerating module for Spiral2 Project », il a effectué un post-doctorat sous la supervision de R. E. Laxdal à TRIUMF (laboratoire national canadien pour la recherche en physique nucléaire et en physique des particules) pendant deux années durant lesquelles il a apporté son expertise des linacs supraconducteurs pour le développement de l’activité 1,3 GHz du projet E-Linac. À présent physicien de l’IJCLab, il est coordinateur national de l’IN2P3 pour les activités SRF et est impliqué dans de nombreux projets autour de cette thématique de première importance pour les accélérateurs actuels et futurs.

Outre ses résultats scientifiques remarquables sur les cavités accélératrices supraconductrices, tels que le modèle de dégradation du facteur qualité des cavités accélératrices, utilisé pour les qualifications des cavités dans le cadre des projets SPIRAL2, ESS, MYRRHA, le développement des systèmes de pistons d’accord mobiles des cavités de SPIRAL2, ses études sur le polissage des cavités, le jury a fortement apprécié son implication au niveau international en tant que Project Leader à la contribution CNRS au projet PIP II de FermiLab, programme de grande importance pour l’IN2P3, ainsi que sa participation à la Commission Technique de la Tesla Technology Collaboration (TTC) depuis 2019. Cela témoigne de la grande reconnaissance internationale qu’il a atteinte dans le domaine des cavités accélératrices supraconductrices. Il est de plus membre du panel d’experts « High Gradient Acceleration » pour la définition de la feuille de route Européenne pour la Physique des Particules.

David Longuevergne est enfin acteur de la transmission de ses connaissances, impliqué dans l’enseignement de l’Ecole doctorale PHENIICS (cours et travaux pratiques sur la supraconductivité et la cryogénie), et à la MYRTE Accelerator School sur la Supraconductivité en régime RF et en tant qu’encadrant de doctorants et de post- doctorants.

La richesse de ce parcours, l’expertise de très haut niveau dont il fait preuve dans le domaine de la supraconductivité en régime RF, attestée par son implication actuelle dans un projet international d’envergure (PIP II), l’apport de son travail au déploiement de SPIRAL2, et aux avancées de l’ESS et MYRRHA, ont conduit le jury à lui décerner le 14ème Prix Jean-Louis Laclare.

Le premier accessit est par ailleurs décerné à Mathieu Valléau.

Mathieu Valléau travaille au Synchrotron SOLEIL dans le domaine des onduleurs cryogéniques, dans lequel il a fait preuve d’excellence en apportant de nombreuses innovations essentielles pour notre communauté.

Mathieu Valléau, premier accessit

Il est, au fil des ans, devenu incontournable dans cette spécialité dont il fait profiter non seulement SOLEIL mais aussi d’autres laboratoires dans le monde, par le biais de collaborations fructueuses : avec le Paul Scherrer Institute (PSI) en Suisse dans laquelle il a fait évoluer les nouvelles sondes à effet Hall pour onduleurs de faible entrefer, avec MAX IV en Suède pour la fabrication d’un onduleur cryogénique de 3 m de long et d’entrefer 3 mm, ou encore dans le cadre de sa responsabilité du Work Package « Short Period High Field Undulators » et de sa co-responsabilité du Work Package « Cryogenic APPLE Undulator », dans le consortium LEAPS – League of European Accelerator-based Photon Sources.

Le jury a tenu à souligner le parcours exemplaire de Mathieu Valléau qui a fait preuve d’une ténacité et d’un engagement remarquables, lui permettant, suite à son diplôme initial de DUT, de gravir avec succès tous les échelons vers cette reconnaissance internationale.