Archives de catégorie : Vie des labos

ESRF-EBS

L’ESRF-EBS est le premier synchrotron qui a effectué sa transformation d’une source de lumière synchrotron de troisième en quatrième génération. Tous les objectifs ont été atteints remarquablement et en avance sur le planning initialement prévu. Le retour au fonctionnement nominal et la reprise du fonctionnement des lignes de lumière sont prévus le 25 août 2020 et ont fait l’objet d’un webinaire le 2 juin 2020 à visionner à cette adresse https://www.youtube.com/watch?v=AW1UnfJC4aE

Vous trouverez dans les Reflets de la physique du mois d’avril, un article retraçant l’historique du projet SESAME et les performances atteintes ainsi qu’un article sur les expériences sur l’antimatière menées au CERN.

La plateforme Precy désormais opérationnelle

Photo IPHC – Vue de la ligne d’irradiation dans la nouvelle salle expérimentale .

Après deux ans de travaux, Precy, la nouvelle infrastructure d’irradiation et de radiobiologie de l’IPHC a reçu son premier faisceau de protons au mois de janvier 2020. Elle est désormais prête à accueillir les chercheurs.

Precy est la nouvelle composante du plateau technique Cyrcé développé depuis 2008 à l’IPHC. Ce vaste projet a pour ambition de rassembler sur un même site et autour d’un nouveau cyclotron de 25 MeV, toutes les composantes essentielles aux études de biologie et de cancérologie utilisant les technologies de marquage et/ou de traitement nucléaires.

Plus d’informations : http://www.iphc.cnrs.fr/-PRECy-.html

Naissance de l’IJCLab

Né au 1er janvier 2020, le Laboratoire de physique des deux infinis Irène Joliot-Curie (IJCLab – Université Paris-Saclay, CNRS), est le fruit du regroupement de cinq laboratoires de physique implantés sur le campus d’Orsay : le Centre de sciences nucléaires et de sciences de la matière (CSNSM), le laboratoire Imagerie et modélisation en neurobiologie et cancérologie (IMNC), l’Institut de physique nucléaire d’Orsay (IPNO), le Laboratoire de l’accélérateur linéaire (LAL) et le Laboratoire de physique théorique (LPT).

Ces laboratoires ont partagé nombre de projets scientifiques et une histoire commune, celle-là même qui est à l’origine et au développement du campus.

Avec ses quelques 800 collaborateurs, ce laboratoire d’envergure a vocation à couvrir de multiples domaines de la physique des deux infinis et de ses applications, grâce notamment à des pôles scientifiques aux disciplines bien établies, et d’autres aux domaines émergents et aux activités d’interface : physique des hautes énergies, physique nucléaire, astroparticules & cosmologie, énergie & environnement, physique des accélérateurs, physique théorique, physique et santé. Doté d’infrastructures et de plateformes technologiques (Andromède, ALTO, Laserix, SCALP, Supratech), IJCLab fait état de compétences techniques et d’expertises remarquables, parfois uniques. Il a la capacité et l’ambition de mener des projets à grande échelle aux niveaux national et international, mais aussi de stimuler et soutenir des projets à plus petite échelle, ainsi que des projets à cycle plus court survenant en fonction des événements scientifiques récents et/ou des percées techniques.

Grâce à ses liens privilégiés avec l’Université Paris-Saclay et l’Université de Paris, IJCLab offre aux étudiants, aux chercheurs et enseignants-chercheurs, un environnement favorable à l’enseignement, à la formation et au transfert de connaissances.

Vendredi 13 février, le Premier ministre, Manuel Valls, a visité le GANIL

Laboratoire : GANIL

Vendredi 13 février, le Premier ministre, Manuel Valls, a visité le GANIL

Le 13 Février, M. Manuel Valls accompagné de Laurent Fabius, ministres des Affaires étrangères et du Développement international et de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, a été accueilli au GANIL par le directeur F. Staley et son adjoint M. Lewitowicz qui ont guidé la visite des installations.

Le Premier ministre a «  salué l’excellence de la recherche normande, de la recherche caennaise » et a rappelé que « l’innovation est la force d’un grand pays. Dans cette région, elle est remarquable ».

Ce déplacement ministériel s’inscrivait dans le cadre de la signature du protocole d’accord des contrats de plan État-région (CPER) de Basse-Normandie et de Haute-Normandie. Les CPERs financeront des «projets majeurs» notamment dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche, domaine pour lequel « le projet d’accélérateur linéaire au GANIL et la construction de  la deuxième partie(1)  de SPIRAL2, prévue pour 2016 » est un exemple représentatif des ambitions fixées.

(1) DESIR (Désintégration, Excitation et Stockage d’Ions Radioactifs)

Nom du rédacteur : Frédéric CHAUTARD

Pour en savoir plus :  http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/2015/02/13/caen-manuel-valls-visite-le-ganil-654811.html

Premier faisceau de SPIRAL2

Laboratoire : GANIL

Installation SPIRAL2

Le premier faisceau SPIRAL2 est sorti de la source deuton le vendredi 19 décembre 2014 à 18h30. Son intensité est déjà proche de l’intensité requise (5 mA). Une période de tests avec faisceau des équipements va pouvoir débuter ainsi que la poursuite de l’installation du LINAC.  Ce jalon marque une étape importante dans la vie du projet et couronne un travail de longue haleine entre le GANIL et les laboratoires de CEA/DSM, IN2P3/CNRS et internationaux. Ce démarrage, à l’aube des fêtes de fin d’année, a été apprécié par tous les participants de la conception à la réalisation.

http://www.ganil-spiral2.eu/leganil/actualites/premier-faisceau-spiral2

Nom du rédacteur : Frédéric CHAUTARD

Pour en savoir plus :  http://pro.ganil-spiral2.eu/

NENUPHAR : le tandem 7MV du CEA-DAM-DIF renait de ses cendres

Laboratoire: CEA/DAM/DIF/DPTA

Rédacteur: JG. MARMOUGET

NENUPHAR : le tandem 7MV du CEA-DAM-DIF renait de ses cendres

Jusqu’en 2007, le Laboratoire gérait deux accélérateurs Van de Graaff qui couvraient alors les besoins des physiciens par la complémentarité des caractéristiques des faisceaux produits aussi bien du point de vue des énergies que des flux de particules produites. En 2007, pour des raisons essentiellement techniques, l’activité du tandem a été stoppée.
C’est le projet NENUPHAR qui va donner une renaissance à l’accélérateur VdG tandem 7MV avec la reprise des caractéristiques nominales, grâce aux modifications techniques apportées : remplacement de la courroie non anti-statique par un dispositif PELLETRON (NEC, USA), changement de type de résistances de colonne (660 MΩ) muni d’une protection coaxiale, installation d’une colonne de vide primaire pour s’affranchir de la gestion et de la maintenance des nombreuses pompes à vide nécessaires dans le passé et mise en place d’un contrôle commande pour le pilotage. Les premiers tirs de cette nouvelle machine doivent avoir lieu fin 2014.

Production de films minces d’hydrogène solide par extrusion.

Laboratoire : CEA-Grenoble. SBT/LCF

Production de films minces d’hydrogène solide par extrusion.

Le Service des Basses Températures du CEA-Grenoble vient de mettre au point un dispositif permettant la production en continu, par extrusion,  de films d’hydrogène solide   de 50 à 100µm d’épaisseur et d’1mm de largeur. Ces rubans d’hydrogène solide, dont la température est de 13K, seront utilisés pour étudier l’interaction laser matière et en particulier pour produire des faisceaux de protons qui pourraient être utilisés dans le futur dans le domaine médical pour soigner certains cancers par protonthérapie.  Le dispositif pourrait également être utilisé sur des accélérateurs de particules. Le ruban d’hydrogène solide serait alors utilisé comme cible  pour produire, lors de la collision avec un faisceau d’ions de plusieurs dizaines de Mev,  des ions exotiques par cinématique inverse. Dans les mois à venir, le cryostat subira quelques modifications pour produire des rubans de 10µm d’épaisseur.

Rédacteur : Denis CHATAIN
Ref:

“Continuous production of a thin ribbon of solid hydrogen “
S. GARCIA, D. CHATAIN and J. P. PERIN
Laser and Particle Beams, page 1 of 7, 2014.

Le GIP ARRONAX se dote d’un Technical Accelerator Committee (TAC)

Laboratoire: ARRONAX


Le GIP ARRONAX se dote d’un Technical Accelerator Committee (TAC)
Le cyclotron C70 d’ARRONAX, situé à Nantes,  a effectué plus de 3000 heures équivalent RF en 2013 et en prévoit autant en 2014. Le cyclotron délivre plusieurs types de particules (He++, H+, D+) avec des énergies allant jusqu’à 70 MeV et des intensités comprises entre >1nA et <350µA. Les faisceaux sont utilisés pour les productions de radio-isotopes, la radiolyse, radiobiologie et la physique notamment pour les mesures de sections efficaces.

La mise en place de ce TAC permettra au GIP ARRONAX et au groupe Accélérateur de tirer le meilleur parti de l’installation. Lors de sa première revue annuelle (juin 2014), le TAC s’est intéressé au fonctionnement du groupe, l’état du cyclotron et de ses lignes de faisceaux  ainsi qu’aux adaptations récemment effectuées.
Nom du rédacteur: Freddy Poirier


Pour en savoir plus :
http://www.cyclotron-nantes.fr